Nouvelles du 20 fevrier 2013 »

 Nouvelles du 20 fevrier 2013

21/2/2013

Agence Artibonitienne de Presse (AAP)

42 A, Route Nationale #1, Descahos, Gonaïves/Haïti

E-mail: aapgonaives@ymail.com

Blog: agenceartibonitiennedepresse.bloguez.com

Web Site: aapgonaives.jimdo.com

 ______________________________________________

 

Paul Emmanuel Laurent nie toute implication dans la nomination et l’installation du coordonnateur départemental du programme d’alphabétisation de l’Artibonite

Gonaïves, 20 février 2013-(AAP)-Le Directeur départemental du Ministère de l’Education dans l’Artibonite, M. Paul Emmanuel Laurent, a rejeté mercredi les  accusations selon lesquelles il aurait été impliqué dans la nomination et l’installation de M. Daniel Etienne comme coordonnateur départemental du programme d’alphabétisation.

 

Le Porte-parole de la plateforme dans le bas-Artibonite, Blaise Stobens Pierrilus, a accusé  M. Laurent d’être responsable de ce qu’il appelle « des dérives » enregistrées dans le système éducatif, peu de jour après son installation au poste de directeur départemental. M. Pierrelus a expliqué ses déclarations par le fait que, selon lui,  ce dernier acceptait de « rester à son bureau jusqu’au soir pour accueillir cette installation inopportune ». 

 

« C’est une accusation abusive », a déploré M. Paul Emmanuel Laurent, ajoutant que c’est  le Secrétaire d’État à l’alphabétisation, M. Oswald Thimoléon, en personne qui a présidé la cérémonie.

 

Paul Emmanuel Laurent a fait savoir qu’il aurait pu rater l’installation de M. Etienne parce qu’il était à Port-au-Prince. Et en plus, sa présence n’était pas obligatoire.

 

 «Je n’avais pas non plus le droit de désapprouver une décision du Ministère de tutelle qui a décidé d’organiser la cérémonie d’installation au local de la direction départemental », a déclaré M. Laurent, soulignant qu’il n’avait aucun pouvoir de déterminer l’heure à laquelle la cérémonie devrait se tenir.

 

Selon le directeur départemental, l’installation du M. Daniel Etienne à ce poste lui est totalement étrangère.

 

« S’il y a une personne à blâmer dans cette affaire, c’est le ministre de l’Education qui a signé la lettre de nomination  de M. Etienne et ordonné son installation comme coordonnateur à l’alphabétisation dans l’Artibonite », a-t-il souligné.

AAP, 20 Février 2013

 

Néhémie Joseph dénonce des mains politiques qui seraient cachées derrière sa démission au CSPJ

 

Gonaïves, 20 février 2013-(AAP)- L’ancien représentant de la Fédération des Barreaux d’Haïti (FBH) au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me Néhémi Joseph, a dénoncé mercredi les mains politiques qui  se cacheraient derrière sa démission au CSPJ. 

 

Le 25 janvier 2013, suite à une Assemblée de la Fédération des Barreaux d’Haïti, Me Néhémi  Joseph a été contraint de laisser son poste de représentant de la FBH, au sein du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, en raison de l’expiration de son mandat de bâtonnier de l’ordre des avocats des Gonaïves, conformément à l’article onze (11) de la loi portant sur la création de cette dite institution.

 

Me Jacques Letang, bâtonnier des Coteaux (Sud), a été élu le 7 février dernier comme le nouveau représentant de la FBH au CSPJ. Et, le 14 février, Me Joseph a remis officiellement sa démission et a, du même coup, mis un terme au conflit opposant la FBH au CSPJ. 

 

Me Joseph qui intervenait sur les ondes d’une station locale, Radio Gonaïves FM, a nommément cité les noms de l’ancien sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, et du titulaire du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP), Me Jean Renel Sanon, qu’il accuse d’être les principaux instigateurs de sa mise à pied. 

 

L’ancien bâtonnier des Gonaïves dit ne pas comprendre l’interférence du conseiller spécial du Président Michel Joseph Martelly, dans un dossier qui concerne le CSPJ qui, souligne-t-il, est un pouvoir indépendant. 

 

« Youri Latortue et Me Jean Renel Sanon ont comploté contre moi parce que ma présence les gênait au sein du CSPJ », a lâché Néhémi Joseph qui se demande pourquoi  personne ne se questionne sur la présence de Me Anel Alexis qui arrive à la tête du CSPJ dans des conditions douteuses.

 

D’un autre côté, Me Joseph fustige le comportement du bâtonnat des Gonaïves qu’il accuse de n’avoir rien fait pour le soutenir au moment du débat relatif à la double interprétation de l’article onze (11) de la loi portant sur la création du CSPJ. 

 

Néhémi Joseph dit ne pas regretter l’expérience qu’il a faite au CSPJ. Cela lui a permis de découvrir les vrais visages de certains hommes de ce pays. 

AAP, 20 février 2013

 

 

 

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |