Nouvelles du 24 septembre 2012 »

 Nouvelles du 24 septembre 2012

24/9/2012

Agence Artibonitienne de Presse (AAP)

92 A, Route Nationale #1, descahos, Gonaïves/Haïti

Tél : 3232-4680

E-mail :aapgonaives@ymail.com

Blog: agenceartibonitiennedepresse.bloguez.com

___________________________________________________________

 

Une délégation ministérielle conduite par le Ministre de l’Education Nationale ridiculisée aux Gonaïves

Gonaïves, 24 septembre 2012-(AAP)- Des dizaines d’étudiants de l’Université Publique de l’Artibonite aux Gonaïves (UPAG) ont gagné les rues ce lundi pour demander au gouvernement Martelly/Lamothe d’assumer ses responsabilités face à l’université.

La manifestation partait du local de l’UPAG suite à une rencontre infructueuse entre le ministre de l’Education Nationale, Vanneur Pierre et les étudiants.

Les manifestants accusent le Ministre d’avoir envenimé la situation en faisant des promesses futiles.

M. Vanneur Pierre a été sifflé et ridiculisé par les étudiants qui en signe de mécontentement l’ont enfermé au local de l’université.

Le  ministre a pu s’échapper grâce à l’intervention de la police. La voiture officielle du ministre est restée sur la cour de l’université.

Interrogé en marge de la rencontre, Vanneur Pierre, visiblement troublé, a refusé de répondre aux questions des journalistes.

De son côté, le vice-délégué des Gonaïves, Fred Henri, qui voulait contribuer au déblocage de la situation a été humilié par les étudiants qui l’ont accusé de n’avoir rien fait au préalable pour les accompagner.

Les protestataires ont crevé les pneus de la voiture du vice-délégué et l’ont chassé malhonnêtement de l’enceinte de l’Université.

Les étudiants de l’UPAG ont brandi des pancartes sur lesquelles ils réclament entre autres la nomination rapide d’un recteur et d’un vice-recteur aux affaires académiques, la construction d’un campus, etc.

Au cours du mouvement, les étudiants ont bloqué la nationale #1 au niveau de Pont-Gaudin (entrée sud des Gonaïves) pendant plus d’un quart d’heure. Ce qui provoquait un embouteillage monstre.

Ils ont demandé aux responsables de l’Etat de faire preuve de maturité dans la gestion de ce dossier.

« Martelly, si vous ne faites rien, vous n’êtes pas un chef d’Etat ! » ont-ils scandé.

Le député de Gros-Morne, Fritz Chéry, qui accompagnait le ministre de l’Education Nationale, estime correcte la démarche des étudiants de l’UPAG. Toutefois, il dit souhaiter que cela se fasse sans aucune casse.

Selon Fritz Chéry, les étudiants ont le droit de se faire entendre s’ils se sentent léser par les autorités concernées.

Faisant savoir que M. Vanneur Pierre l’avait promis de tout mettre en œuvre pour satisfaire les revendications des étudiants, le député de Gros-Morne dit regretter qu’une entente ne soit pas trouvée entre les deux parties.

Le parlementaire a promis de continuer à faire des pressions sur le gouvernement pour l’inciter à prendre ses responsabilités vis-à-vis de l’UPAG.

Les étudiants menacent d’occuper le béton jusqu’à ce qu’ils obtiennent  satisfaction.

AAP, 24 septembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |