Nouvelles du 11 juillet 2012 Agence Artibonitienne de Presse 92 A, Route Nationale # 1, Descahos, Gonaïves/Haïti Tél : 32 32 46 80 Blog : agenceartibonitiennedepresse.bloguez.com Email : aapgonaives@ymail.com Une jeune femme tuée dans un accident »

 Nouvelles du 11 juillet 2012 Agence Artibonitienne de Presse 92 A, Route Nationale # 1, Descahos, Gonaïves/Haïti Tél : 32 32 46 80 Blog : agenceartibonitiennedepresse.bloguez.com Email : aapgonaives@ymail.com Une jeune femme tuée dans un accident

7/11/2012

Agence Artibonitienne de Presse
92 A, Route Nationale # 1, Descahos, Gonaïves/Haïti
Tél : 32 32 46 80
Blog : agenceartibonitiennedepresse.bloguez.com
Email : aapgonaives@ymail.com
_______________________________________________________________________________________________________


Une jeune femme tuée dans un accident sur la nationale # 1 au niveau de Poteau (4ème section des Gonaïves)

Gonaïves, 11 juillet 2012-(AAP)- Un accident de la route survenu mercredi sur la nationale #1 au niveau de Poteau, 4ème section communale des Gonaïves (département de l’Artibonite) fait un mort et trois (3) blessés.

Selon le commissaire du gouvernement près le tribunal civil des Gonaïves, Me Mésac Philogène, une marchande de vingt-trois (23) ans, mère de trois (3) enfants qui vendait au marché de Poteau, a été tuée sur le coup.

Me Mésac Philogène a indiqué que l’accident s’est produit quand deux camions sont entrain en collision.

«Les gens qui fréquentent ce marché ont une mauvaise habitude. Ils préfèrent rester au bord de la rue que de s’asseoir à l’endroit qui leur est réservé» a déploré Me Philogène qui dit souhaiter que les marchands soient plus prudents pour éviter la répétition de ces cas d’accidents.
AAP, 10 juillet 2012

 

Un avocat des Gonaïves dénonce l’attitude du doyen du tribunal civil de Port-au-Prince qui a procédé à l’installation de deux nouveaux juges

Gonaïves, 11 juillet 2012-(AAP)- Un avocat du barreau des Gonaïves (département de l’Artibonite), Me Eugène Conslère, a dénoncé mercredi l’irrespect de certains magistrats face à la note du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) les demandant de surseoir à toutes prestations de serment du personnel judiciaire.

Dans une interview à l’AAP, Me Conslère a estimé qu’il s’agit d’une « défaite pour la justice haïtienne » quand les personnes qui sont placées pour faire respecter la loi font le contraire.

« Le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince a choisit délibérément de violer la loi » a-t-il lancé.

L’homme de loi dit attendre la réaction du CSPJ qui, selon lui, est l’instance régulatrice du système judiciaire.

« Nous souhaitons que le CSPJ prenne des mesures disciplinaires contre le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince ».

D’après l’avocat du barreau des Gonaïves, l’acte posé par le doyen du tribunal de première instance de la capitale est un « coup dur pour la démocratie qui exige le respect des normes et des lois ».
AAP, 11 juillet 2012

Une Ecole Publique de la localité de Bretagne (6ème section des Gonaïves) n’a plus de local pour se loger

Gonaïves, 11 juillet 2012 –(AAP)- Le directeur de l’Ecole Nationale de Bretagne (6ème section communale des Gonaïves), Wilrick Raymond , a exprimé mercredi ses préoccupations face aux différents problèmes auxquels est confrontée cette institution scolaire.

Dans une interview à l’AAP, M. Raymond a indiqué que l’unique école publique cette localité n’aura plus de local pour se loger d’ici le mois de septembre, en raison du fait que les propriétaires de l’espace ont décidé de ne plus renouveler le contrat.

Depuis sa fondation en octobre 2008, l’établissement est logé dans une maison de trois (3) pièces, loué par l’Etat haïtien.

M. Raymond a déclaré avoir déjà entrepris de nombreuses démarches auprès des autorités municipales et des responsables de la direction départementale du Ministère de l’Education Nationale, mais, regrette-t-il, aucune suite n’a jamais été donné par les concernés.

«Les autorités auraient pu éviter ce problème. Elles préfèrent faire la sourde-oreille à chaque fois que nous les demandons de doter l’institution de son propre local », a déploré le directeur qui dit s’inquiéter pour la réouverture prochaine des classes et très embarrassé par cette situation.

« Je ne sais quoi dire aux parents qui visiblement n’ont pas les moyens nécessaires pour payer une école privée».

Le directeur de l’Ecole Nationale de Brétagne lance un appel aux responsables locaux du Ministère de l’Education Nationale en vue de faire un effort pour gérer ce dossier le plus rapidement possible.

De leur coté, Les parents disent espérer que l’Etat haïtien fasse preuve de responsabilité dans ce dossier afin de sauver cette unique établissement scolaire public de la localité.

« Nous sommes obligés d’élever notre voix pour éviter la disparition de cette école qui est notre patrimoine » a martelé un parent.
AAP, 10 juillet 2012

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |