Nouvelles du 05 mai 2012 »

 Nouvelles du 05 mai 2012

5/5/2012

Je n’ai pas l’intention de violer ni les lois, ni la constitution de la République tout au long de mon mandat, dixit le député des Gonaïves après avoir voté contre le choix de Laurent Lamothe

Gonaïves, 5 mai 2012-(AAP)- Le député de la première circonscription des Gonaïves (département de l’Artibonite), Sadrac Dieudonné, qui a voté contre le choix de Laurent Salvador Lamothe comme Premier Ministre, a indiqué samedi qu’il n’est pas décidé de violer ni les lois, ni la constitution de la République tout au long de son mandat.

Dans une entrevue accordée à une station de radio locale, Radio Kiss FM, M. Dieudonné a notamment cité les articles 157, 16, 16-1, 52 et 52-1 de la constitution de 1987, toujours en vigueur, pour expliquer sa décision. 

L’assemblée des députés a approuvé  jeudi le choix de M. Lamothe avec 62 voix pour, 3 voix contre et  2  abstentions. 

Selon Sadrac Dieudonné, Laurent Lamothe ne répond pas aux critères exigés par les articles susmentionnés pour occuper le poste de chef de gouvernement en remplacement de Gary Conille qui a donné sa démission des suites de conflits ouverts avec le chef de l’Etat.

Sadrac Dieudonné s’est dit convaincu que M. Lamothe est haïtien d’origine. Il  déplore toutefois que ce dernier n’ait pas fourni de preuves qu’il n’a jamais renoncé à sa nationalité. Laurent Lamothe n’aurait pas remis tous ses passeports à la commission chargée d’étudier son dossier au niveau de la chambre basse.
« Si le Premier Ministre désigné a choisi de ne pas soumettre tous ses documents de voyage, c’est qu’il y a anguille sous roches», a lancé Sadrac Dieudonné, ajoutant que M. Lamothe n’a pas résidé pas dans le pays pendant cinq années consécutives.

Le député des Gonaïves a fait savoir que Laurent Lamothe a retiré sa carte d’identification nationale qu’au mois d’aout 2011. Selon lui, M. Lamothe ne jouissait pas de ses droits civils et politiques et ne payait pas ses impôts. Il a également émis des doutes sur les titres de propriété fournis par le futur locataire de la villa d’accueil. 

Par ailleurs, Sadrac Dieudonné a déploré le fait que  la constitution haïtienne soit toujours mise de coté au profit de ce qu’il appelle « des régimes de consensus et d’exception».

«Si nous sommes dans cette situation, c’est parce que nos lois n’ont jamais été appliquées», a-t-il martelé.
AAP, 5 mai 2012

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |