Nouvelles du mercredi 7 mars 2012 »

 Nouvelles du mercredi 7 mars 2012

7/3/2012

Agence Artibonitienne de Presse

42 A, Route nationale # 1, Descahos, Gonaïves/Haïti

Tél : (509) 3232- 4680

Email : aapgonaives@ymail.com

Blog : agenceartibonitiennedepresse.bloguez.com

Web Site : aapgonaives.jimdo.com

 

Ratification du Premier Ministre désigné : des intellectuels, hommes de loi et membres de la société civile des Gonaïves divisés autour du dossier

Gonaïves, 7 mars 2012 –(AAP)- Les opinions sont partagées aux Gonaïves (180 kms au nord de Port-au-Prince) autour de la nomination et la ratification du Premier Ministre désigné, Laurent Salvador Lamothe.

Interrogés par l’AAP, certains  intellectuels, hommes de loi et des membres de la société civile des Gonaïves se prononcent en faveur de la ratification, sans conditions, du Premier Ministre désigné.  Alors que d’autres secteurs de la population abondent dans le même sens que les parlementaires qui exigent du chef de l’Etat la présentation de ses documents de voyage, avant d’engager le processus de ratification.

Un juriste de la ville, Richard Roméus, a déclaré souhaiter que les erreurs commises par les sénateurs et les députés lors de la ratification du Premier Ministre démissionnaire, Garry Conille soient rectifiées.

 « Le vote qu’avait bénéficié le docteur Conille était un vote émotionnel, nous ne souhaitons pas que les parlementaires  fassent les mêmes erreurs dans le dossier du Premier Ministre désigné,  Laurent Lamothe », a déclaré Richard Roméus qui appelle le chef de l’Etat à collaborer avec la commission sénatoriale chargée de faire la lumière sur la nationalité des membres de l’exécutif pour faciliter la ratification de M. Lamothe.

Selon Me Romeus, le refus de M. Martelly de coopérer avec la commission sénatoriale autour du dossier de la double nationalité  est une provocation. Ce comportement, dit-il,  réduit considérablement la chance de ratification du Premier Ministre désigné.

Pour sa part, Me Jean Ricasse Désir, a estimé le choix de Laurent Lamothe pour succéder à Garry Conille est un « choix idéal ».

Me Désir a expliqué sa déclaration par ce qu’il appelle « le dynamisme de M. Lamothe » et par les actions qu’il a entreprises pour attirer les investisseurs étrangers dans le pays.

Jean Ricasse Désir dit comprendre la décision du chef de l’Etat de choisir une personne dans son entourage  pour diriger la prochaine équipe gouvernementale.

« On ne dirige pas avec ses adversaires politiques, si on est pas Nelson Mandela (ancien président Sud-Africain) », a lancé le juriste qui s’est montré très réservé quand aux chances du Premier Ministre désigné à franchir le seuil décisif  de la ratification par le parlement.

Il croit toutefois que le dynamisme et l’esprit d’ouverture du Premier Ministre désigné vont jouer en sa faveur.

De son coté, Me Gérilien Jean-Louis, a  estimé que M. Lamothe sera en mesure d’assurer le suivi des dossiers entamés par l’ancienne équipe gouvernementale.

Selon lui, M. Lamothe peut compter sur son leadership pour passer le cap de sa ratification.

Gérilien Jean-Louis estime important que le chef de l’Etat cherche un consensus avec les deux chambres du parlement pour faciliter la ratification du Premier Ministre désigné.

Il souhaite également que des réponses  soient apportées aux interrogations formulées par les parlementaires et l’ensemble de la population.

Me Gérilien Jean-Louis a qualifié de « non sens » les exigences formulées par certains parlementaires qui conditionnent leur vote à la présentation par le chef de l’exécutif de ses documents de voyage.

« La ratification du Premier Ministre désigné et la question de la double nationalité présumée du chef de l’Etat sont deux sujets différents », a estimé Gérilien Jean-Louis qui invite les parlementaires à ratifier le Premier Ministre désigné pour sortir la population haïtienne de la misère.

*Un membre de la société civile des Gonaïves, M. Saint-Vil Antoine, a exprimé son désaccord concernant les exigences formulées par certains parlementaires.

« Que le chef de l’Etat donne son passeport ou non, cela ne nous préoccupe pas », a lancé Antoine Saint-Vil  ajoutant que  les parlementaires  se sont  cachés  derrière ce prétexte pour ne pas faire leur travail.

Selon M. Saint-Vil, quatre (4) mois durant, les députés et sénateurs ont fermé les yeux sur l’application de la politique générale de l’ancien Premier Ministre Garry Conille, se contentant uniquement de se « battre pour le pouvoir ».

« Depuis 1804, la guerre fratricide pour le pouvoir ne fait que nous propulser en arrière et voilà qu’aujourd’hui, nous continuons cette même pratique », a regretté Antoine Saint-Vil qui déplore le fait que le pays n’a rien bénéficier de la présence de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), en raison, dit-il,  de l’absence d’un climat d’entente entre les haïtiens.

 

Pour sa part, le bâtonnier de l’ordre des avocats des Gonaïves, Me Néhémie Joseph, a exprimé le souhait qu’une solution rapide soit trouvée  à la crise née de la démission du Premier Ministre Garry Conille.

 

Il dit également souhaiter que la  solution à cette crise tienne compte de la constitution de 1987, toujours en vigueur.

AAP, 7 mars 2012

 

 

 

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |