Nouvelles du 3 janvier 2012 »

 Nouvelles du 3 janvier 2012

7/1/2012

La première journée du festival culturel baptisé « Renaissance Gonaïvienne » est une réussite, dixit les organisateurs

Gonaïves, 3 janvier  2012 – (AAP)- Plusieurs dizaines de personnes ont participé mardi à la première journée du festival culturel baptisé « Renaissance Gonaïvienne » organisé par  le bureau du député des Gonaïves, Sadrack Dieudonné.

Des vivres alimentaires, tels ignames, bananes, patates douces, giraumont, riz, haricot, pistache, manioc et ses dérivés, ont été exposés.  

Des fruits et légumes, comme ananas, melons, mangues, cerises, citron, aubergine, laitue, oignons, piment, ont attiré l’attention.

 Des œuvres artisanales, des produits d’élevage ainsi que des photos de la ville étaient aussi montrés.  

Des sculptures en bois, des tableaux, des habits confectionnés par des créateurs artibonitiens, des chapeaux, ont capté l’attention des visiteuses et visiteurs.

Le groupe musical, fantaisistes troubadour de Parc-Vincent (quartier populaire des Gonaïves), a assuré l’animation durant toute la journée.

Interrogé par l’AAP, un responsable du bureau du député  a indiqué que l’exposition agro-artisanale est une fenêtre ouverte sur la production locale.

Il déclare souhaiter une plus grande participation de la population dans les deux prochaines journées.

Des agriculteurs, des artistes peintres et des artisans venus des six sections communales des Gonaïves (Labranle, Bassin, Poteaux…)  ont été fiers d’exposer leurs produits sur la place Boisrond Tonnerre communément appelée Place Bouteille (Savane poudrière).

AAP 3 janvier 2012

 

 

Des riverains des Gonaïves dénoncent la passivité de l’Ed’H locale dans la distribution du courant électrique

Gonaïves, 3 janvier 2012- AAP – Des riverains de divers quartiers des Gonaïves (180 kms au nord de Port-au-Prince) ont dénoncé mardi la passivité de la branche locale de l’Electricité d’Etat d’Haïti (Ed’H) dans la distribution de l’énergie électrique.

Interviewés par l’AAP, les riverains ont fait savoir qu’ils  sont obligés de se connecter eux-mêmes sur le réseau électrique, à l’insu de l’Ed’H, en raison du fait que, disent-ils, la compagnie faillit à sa mission.

 «L’ Ed’H nous néglige. Malgré nos différentes interventions au bureau régional, elle ne veut pas  nous donner des compteurs. Le pire, elle ne place aucun poteau dans la zone. Et   pour ne pas demeurer dans l’obscurité, nous sommes obligés de nous connecter sur le réseau »  déclare un habitant de Pont-Gaudin (entrée sud des Gonaïves).

Reconnaissant que  les fils conducteurs qui sont remarqués sur des petits poteaux (gòl), des branches d’arbres, des clôtures et d’autres supports de tout genre,  représentent un véritable danger pour les passants, le riverains  soulignent toutefois qu’ils sont disposés à prendre la voie légale, si l’Ed’H décide de leur fournir correctement.

 Ils ont admis que la croissance incessante de ces prises clandestines constitue un manque à gagner pour l’institution qui  n’a aucun moyen de vérifier la quantité d’énergie qu’ils consomment et  que cette pratique pourrait, disent-ils, causer de graves dommages sur le réseau électrique.

Pour sa part,  le commissaire du gouvernement près le tribunal civil des Gonaïves, Me Messac  Philogène, avait récemment annoncé que le bureau local de l'Electricité d'Haïti (Ed'H) va procéder au débranchement des prises clandestines dans plusieurs quartiers populaires de la ville dont Raboteau, Trou-sable et Asifa.

Interrogé par un reporter, le commissaire avait déclaré avoir eu des rencontres séparées avec les habitants des quartiers sus-mentionnés pour les inciter à se débrancher.

"Si rien n'est fait, les techniciens de l'EDH, assistés des autorités judiciaires et de la police, vont procéder au débranchement des prises clandestines", avait-il  lancé.  

Le commissaire, avait  ajouté également que toutes les personnes fautives seront arrêtées, puis transférées par devant le tribunal correctionnel.

Faisant remarquer que Gonaïves est la seule ville du pays à avoir l'électricité 24 heures/24, le commissaire du gouvernement avait insisté sur la nécessité pour les habitants de la ville de protéger le réseau électrique qui, soulignait-t-il, risquerait de tomber en panne, à cause des prises clandestines.

AAP, 3 janvier 2012

 

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |